Voir la Dentelle de Calais et connaître d'étranges Sensations

Sept chemins à prendre comme pour réinventer de nouveaux péchés capitaux est une trame intéressante, pertinente pour inviter les spectateurs à vagabonder, se perdre pour mieux se retrouver dans un parcours initiatique et alchimique. On aura tout vu - Sensations est la nouvelle exposition de la Cité Internationale de la Dentelle de Calais. Les deux créateurs Livia Stoianova et Yassen Samouilov reprennent le flambeau des expositions Plein les yeux ! et Iris van Herpen. C’est une passation créative qui pousse notre imaginaire à vivre encore et toujours de nouvelles sensations, de riches émotions.

L’alchimie permet de métamorphoser la matière et de s’élever artistiquement, intellectuellement et spirituellement. Cela renvoie aux contes philosophiques où le héros devant assumer sa quête, va vivre de riches étapes pour connaître une montée vers la lumière. Avec On aura tout vu, il est question de fabriquer des sensations.

Le regard
Il imprime, capture comme par magie,
il emprisonne la beauté à jamais…
il garde et transforme la mémoire du moment
pour célébrer cette sensation visuelle propre à chacun

On aura tout vu
Dentelle Calais

Ce fil conducteur franchement, honnêtement revendiqué et assumé est mis en scène dans un labyrinthe qui invite ceux et celles qui aiment la mode, plus exactement son processus créatif, mais aussi ceux et celles qui l’aiment un peu moins à regarder, voir, observer ce monde différemment, sous des angles nouveaux. Des publics diversifiés vont donc se croiser et se rencontrer par le prisme de cette nouvelle exposition.

Épiderme de silhouette
Toucher la douceur emplumée,
glisser sur la porcelaine cassée…
caresser et déchirer la plénitude
Empreintes sensualité composées

On aura tout vu

Cette proposition stylistique est pensée par un commissaire scientifique, Lydia Kamitsis, historienne de la mode, auteur et curateur indépendant. La direction artistique est confiée à Livia Stoianova et Yassen Samouilov, On aura tout vu. Cela est logique, me diriez-vous. Shazia Boucher, responsable du service des collections et des expositions à la Cité internationale de la dentelle et de la mode de Calais en est le commissaire général.

Dentelle de Calais

Quant à Anne-Claire Laronde, elle porte le costume et la fonction de directrice de la Cité internationale de la Dentelle et de la Mode de Calais. Dans ce processus — penser une exposition qui met en focus l’univers des deux créateurs du label — reconnaissons que le résultat final est le fruit d’une entente équilibrée et pensée avec justesse. La bulle de chacun des intervenants a été respectée et cela se perçoit quand nous circulons dans les lieux. La fluidité nous invite à une belle promenade.

Claquement de la défragmentation de la lumière
chuchotement de l’opacité de l’ombre…
le cri de la transparence
soufflement de précieux
on ferme les yeux et on entend le sublime et l’inattendu

On aura tout vu

Maisons de poupées comme des stations extrasensorielles, tous les sens sont mis sur la touche on. Certains y verront des îles, d’autres tout simplement des extraits d’un story-board filmique où des séquences interprétées par les cartes d’un jeu des sept familles se regardent et se reflètent dans un langage cousu de fils de chaîne et de fil de trame.

Soie poudrée, organza citronné, velours poivré, mousseline écumée, cristal enfumé, perles carbonisées… mystérieux souvenirs d’un parfum inconnu jusqu’alors

On aura tout vu

Les vêtements présentés tout comme les pictogrammes questionnent le signe. La mode est un langage universel qui par son signifié renvoie à un signifiant. Cinquante deux modèles sont scénographiés dans des volumes blancs, livres ouverts sur notre imaginaire et nos pulsions. Des carnets de croquis avec cinquante deux modèles, cinquante deux molécules indépendantes qui font toutes parties d’un même corps, d’un squelette gigantesque.

On aura tout vu dentelle calais

Nous entrons dans le corps de On aura tout vu. Cela renvoie au premier sas de décompression où des créatures à la monstrueuse beauté sont suspendues sur différents niveaux pour murmurer au public que ce monde est étrange mais amical. Sur un mur comme un mood-board géant, des cadres composent comme un puzzle l’ADN fantasmé de Livia Stoianova et Yassen Samouilov.

La beauté a un goût… amer, sucré, salé, acide, pimenté
on la matérialise…
on la savoure…
on prolonge…
cet instant d’excellence du bon et du beau !
déployer, déplier l’imagination gourmande et sensuelle,
des goûts, des couleurs, des harmonies inattendues.

On aura tout vu

De la lumière des baies vitrées à la pénombre du lieu, Alice aux Pays des Dentelles vous tire alors la main pour sentir les effluves de la maison Caron, vous couper du monde en mettant un casque sonore sur la tête. Déconnectée tout en étant reconnectée, coupée de l’extérieur tout en entrant dans cette parenthèse hors-norme, la machine à sensations se met tout doucement en marche : expérimentations curieuses, déambulations interactives, surprenantes révélations.

L’Illusion traverse la lumière blanche…
Habit cousu de soleil, surpiqué de nuit, brodé d’étoiles.
Silhouettes trompeuses dansant en osmose avec le clair
obscur.

On aura tout vu

La meilleure des choses à faire est de vous y rendre pour vivre votre expérience personnelle. Allez-y pour vous rendre compte de l’articulation libre de l’exposition autour de sept séquences principales : sensations visuelles, tactiles, sonores, olfactives, gustatives, paradoxales et sublimes

Il était une fois… un royaume chimérique
Blanc enchanté du passé magique, anarchique du futur
onirique, éclaté d’un amour

On aura tout vu

Le Cabinet des sensations, véritable cabinet de curiosités, présente des objets du quotidien modifiés génétiquement par le duo ultra-créatif. De la tronçonneuse de luxe à de la trottinette sublimée, des articles de bureau en passant par les objets high-tech, le ready made est une merveille avec plus de trente pièces délivrées de leurs fonctions et de la banalité du quotidien.

On aura tout vu Calais dentelle

Au delà du chiffre sept clôturé par un conservatory for adult only, On aura tout vu fait un pied de nez élégant à la rhétorique hot qui doit faire vendre à  tout prix. Avec des jeux d’accumulations comme cette robe brodée de montres, il s’interroge sur le poids du temps qui passe.

On aura tout vu, dans leur grammaire de mode, joue sur la pulsion de parure, le besoin de changement pour se réinventer. L’imitation des maîtres surréalistes et dadaïstes pour aller de l’avant avec des influences inter-individuelles. Le duo marque les groupes sociaux et les publics divers en les faisant adhérer à un monde programmé, esthétique, tout en jouant sur des niveaux insubversifs. De l’humour, des détournements et un savoir-faire sur mesure où la dentelle sonne ses pulsions électrocardiographiques.

 Photographies © Fred Collier. 2014