Agnès b. la vie d'artiste

|
par William Arlotti

La mode d’Agnès b. est un mode de vie qui colle avec une philosophie du bien faire, du bien penser. Au fil de l’air du temps, son vestiaire se compose comme une partition pour nous créer sa mélodie, des musiques que nous garderons longtemps. Ses collections et ses looks sont comme les personnages d’un film, une pellicule qui s’étire et se déroule sur toute une vie. Pour le Printemps/Été 2015, Agnès b. nous propose un mec qui est un vrai « workstyler ». La créatrice réalisatrice fixe sa caméra sous un angle un peu bohème pour nous emmener dans une ballade un peu folk loin des feux de la rampe. Même si, au final, tous les personnages de son film imaginaire se retrouvent sur un tapis-rouge re-encodé via sa bonne humeur et son envie de ne jamais vouloir se prendre la tête. Aymeric Le Breton a immortalisé avec son objectif les instants du « show dans le show ». Catherine Toffaletti a tendu son microphone à Natacha Régnier et Agnès b. pour deux interviews. La mode fait son cinéma… à moins que ce ne soit l’inverse dans le process.

De la rue au podium

Le défilé, en deux parties pour cette collection Homme Printemps/Été 2015 se structure de la rue au podium, mais le fil conducteur reste l'acte d'habiller les hommes, de s'amuser à leur faire des looks qui collent à leur personnalité. Le défilé classique de mannequins est à considérer comme espace-temps connecté au réel : une rue avec des va-et-vient, des aller-retour. En quelque sorte, ce moment est aussi comme celui d'un casting sur fond gris et neutre pour déceler celui qui tiendra le rôle et aura son nom au générique… mais cela nous ne pouvions que le deviner à la deuxième séance, le red-carpet.

À Cannes, Agnès b. habille encore des hommes qui sont habités par leur rôle d'acteur. La présentation de Je m'appelle Hmmm…, premier long-métrage réalisé par Agnès b. et présenté à la Mostra de Venise, au New York Film Festival, au Abu Dhabi Film Festival, au Tokyo Filmex, au Glasgow Film Festival, au Festival Femmes et Toiles et au Hong Kong Film Festival, a été une des sources d'inspiration pour cette scénographie.

Agnès b. SS2015 Paris Fashion Week
Photographie par  Aymeric Le Breton — albphoto.fr

M comme…

Le style et son effet, plus dans cette mise en scène, est son second degré drôle, à la fois sympathique et sans complexe. La mise en abîme du rituel sacré casse les codes officiels pour rendre l'acte plus proche des spectateurs… Nous noterons la présence de Jean-Marc Mormeck, le boxeur au bras de la créatrice pour officialiser cette cérémonie, mais aussi pour rappeler à notre bon souvenir qu'Agnès b. l'avait habillé pour son combat de boxe. Astucieuse de sémiologie et de décalage en signes et signalétiques, elle avait métamorphosé le M de Mc Do en M de Mormeck. Une jolie manière de faire un pont avec les tee-shirts d'artistes scotchés au mur des lieux en mode after-show qui nous ont scotchés par leur créativité sur la touche fun.

Le WorkWear

Pour le Printemps/Été 2015, les touches qui font et feront le succès d'Agnès b. sont présentes : uniformes revisités pour les faire basculer vers la rue, tenues des ouvriers dont la fameuse salopette — mais avec le petit twist qui fait la différence —, des vêtements bien coupés et utilitaires, des basiques revus au goût du jour avec des impressions comme des cartes postales, le jour et la nuit, une transversalité des pièces dans les coordinations : des vêtements que nous collectionnons, que nous gardons précieusement.

Les années 80

L'uniforme de tous les jours devient une extension affective de soi. Du coton, du lin et du cuir sont des matières qui patinent un homme pour lui donner encore plus de charme. Le petit minet jazzy est dans une « mood eighties », un peu sportive, tranquille mais toujours chic, parfois turbulent. Un sweat-shirt s'amuse d'un imprimé landscape sur un pantalon cigarette dessiné aux crayons de coloriage. Du chapeau, des vestes de mineur, du jeans de travailleur qui défilent… bref des jeunes gens modernes illustrent la collection qui, elle-même, rend hommage à cette jeunesse des années 80.

Agnès b. Printemps Ete 2015 Fashion Week Homme Paris
Photographie par  Aymeric Le Breton — albphoto.fr

Colorama gourmand

Bien avant que le concept de streetwear n'apparaisse, Agnès b. faisait déjà du workwear sans le clamer sur tous les toits. Le transfert de valeurs et de fonctionnalités du vêtement passe par une gamme de couleurs délicieuse comme des crèmes glacées de chez Bertillon : bleu curaçao, brun spéculoos, rouge framboise, rose fraise, blanc ice-cream, fruit de la passion, citron et kiwi : des bâtonnets à déguster un jour ensoleillé ou bien planqué dans une salle obscure. Un délice toujours rafraîchissant.

À suivre