Le corps de Daniel Hurlin

|
par William Arlotti

Daniel Hurlin est un nouveau créateur de mode masculine. Il vit à Paris, capitale qui influence sa création par sa signalétique, son urbanité et ses tribuscopies. Il a étudié à l’école Central Saint Martins de Londres et à l’Institut Français de la Mode de Paris. Son histoire d’amour avec la mode masculine a continué d’exister à travers des collaborations et des contributions avec Raf Simons, à la fois sur la ligne de denim du créateur mais aussi sur des capsules collections comme Raf Simons feat Fred Perry. Après une parenthèse qu’il consacre à une recherche et un travail sur les fermes biologiques au Japon, il commence un mastère en design de mode à l’Institut Français de la Mode à Paris. En 2012, Daniel Hurlin présente sa propre collection Perfect Blue Tamara au festival d’Hyères et aujourd’hui, il signe un deuxième opus avec son Printemps/Été 2015. Le créateur nous accorde une interview au micro du Fashion Post.

Desi Sport

Faut-il voir dans Desi Sport l’envie de désirs et de corps ? Menons l’enquête de style… Cette collection s’élabore en parallèle de ses activités mode. Daniel a fait ses armes au Comptoir des cotonniers, chez Givenchy, Christine Phung et à la Rue du Mail.

Aujourd’hui, il conçoit des imprimés, des motifs et prône ses impressions pour Hollington Paris. Desi sport, Printemps/Été 2015 nous révèle les carnets de croquis de Daniel Hurlin. En effet, il continue son voyage intime et graphique autour du monde. Après une ballade en Europe, il s’est envolé au Pakistan pour y capter et nous ramener l’essence vibrante de cette culture vieille de plusieurs millénaires. Alors voilà, Desi est un sanskrit, un terme qui touche aux personnes, aux castes, aux mixages des cultures du continent indien et qui questionne le tabou et le totem, mais surtout la masculinité.

Tous ces signes dans des tenues de lutteurs portent une  réflexion sur les hommes et sur leur identité. Nous sommes tous des êtres complexes, en couches à révéler. Notre présent, notre avenir sont faits de fragments de notre vie passée tous et toutes ensemble.

Daniel Hurlin

Catch me if you can

Les tatouages et autres conceptions primitives retravaillés sur ordinateur donnent des motifs numériques qui se figent sur un polyester, un tulle. L’esprit des textiles pakistanais est préservé tant dans la construction que dans la technique de coloriage. Son tissu comme une page blanche est une fenêtre ouverte sur des fantasmes générés par des musiques, des attitudes, des démarches. Le coupé bord franc intensifie les formes sports et la ligne du corps. Inspiré par l’élégance décontractée des hommes pakistanais, le pantalon shelwar est une pièce phare de la collection : spacieuse, simple et efficace. La combinaison de vêtements de sport à porter en daywear donne une vision moderne et combative de la garde robe masculine. « It’s so gambler ! »

Des pièces telles que des shorts de basket-ball, une track jacket, un gilet sans manche sont tous repensés pour switcher vers un érotisme où la peau se frotte avec des matériaux techniques et des couleurs vives. Fans de lycra qui aimez lutter dans la jungle urbaine et ailleurs, cette collection est pour vous ! Oui, vous les Hommes.

Desi Sport
Photographie par  Aymeric Le Breton — albphoto.fr

Push Color

La gamme de couleurs se compose de blanc que l’on porte lors des occasions formelles au Pakistan. Par conséquent, le blanc est devenu la couleur principale de cette collection. Rassurez-vous, des tons flashy sont présents pour contraster et moderniser les arabesques. Les motifs sont présents sur les murs de la mosquée Wizir Khan à Lahore. Les dessins répétés à carreaux sont les modèles que nous retrouvons à Sindh dans la région de Karachi. Le choc des cultures provoque un ordre structuré mais chaotique. Daniel Hurlin a observé, qu’en Inde, les bâtiments historiques côtoient des bidonvilles, des temples des centres commerciaux, des écoles et des bazars. Le grand mix…

Gambler !

Corps Paris est une deuxième ligne composée de maillots de bain pour hommes aux coupes nouvelles pour le Printemps/Été 2015. Dans l'idée et la volonté de combiner le savoir-faire contemporain avec des techniques de fabrication de haute technologie, il propose une manière de recomposer ses looks. L’inspiration ? Couleurs vives de la flore tropicale de la Polynésie et la vie sous-marine, vision de lagons bleu azur, récifs coralliens éblouissantes, fruits exotiques. Les motifs du délit ?  Tatouages ​​tahitiens traditionnels aux couleurs frappantes, sous un effet optique puissant.
La capsule se compose d’un classique, d’un autre costume de bain taillé en carré, d'un body de lutteur, d'un maillot échancré fité et d'un rash guard. Le polyester-polyamide est la matière qui habillera les peaux bronzées au soleil.