Octavio Pizarro, noir c'est noir...

Et voilà, comme une chanson de Rika Zaraï qui nous rappelle que l'automne-hiver 2015-2016 frappe à notre porte. La mélodie est entraînante mais n'a rien à voir avec les inspirations d'Octavio Pizarro. Lui, ce qui lui fait faire un trip, c'est de penser à sa Femme... Rassurez-vous, nous n'allons pas vous chanter du Jean Luc Lahaye mais il est vrai que le designer veut rendre un hommage à la Femme qui inspire toutes ses créations. Qui est-elle ? Une maîtresse ? Une amante ? Une amie ? Une madone ou une catin ? Du Chili à Paris, la Femme Pizarro est un délice...


Les créateurs de mode adorent les garces cinématographiques, les divas sous drame et les belles héroïnes trompées. Vivre de drames et mourir d’ amour semble être le trait qui souligne le crayon et dessine une ligne ou deux pour passer du croquis aux volumes. Il faut alors dépasser le noir pour voir en deçà, car la Couture n’est jamais lisse et se fait dans une souffrance érotisante, un bruissement de soie ou d'organza...

Noir

Passionnée, passionnelle, fougueuse… Bref dans un cliquetis de stiletto, la Femme Octavio Pizarro est passionnante quand elle porte le costume noir. Tralalala… Elle a une forte personnalité, de l’audace et de l’élégance, tout en étant sexy et confiante avec un esprit contemporain. La Femme parfaite Madonna Santa Maria quoi !

Noir c’est noir…

Le noir est une porte qui s’ouvre vers toutes les vibrations. A la fois absolu et néant, le "black pantone" permet à toutes les matières et toutes les textures de ne jamais commettre d’erreurs ou de fautes de mauvais goûts. Ce noir est intense chez Octavio Pizarro avec une nouvelle collection chic et sophistiquée. Les robes sont "haute couture".

1ffb559d 6335 429c 9e32 0b428ec596d3 32c38da7 7713 4d20 970f d28011bbda1f

La vaste palette de teintes noires permet donc de renvoyer à toutes les émotions intimes et subtiles. Il y a chez Pizarro une tension qui pousse à un désir, celui de percer le mystère. Nous pourrions imaginer de jeunes veuves un peu dévergondées mais un peu prudes, n’ayant que l’envie de s’échapper un soir à Lapérouse… Pour gratter les miroirs.... Mais c'est encore une autre histoire.

Rayez moi ce miroir

De nombreuses rédactrices de mode suffocantes d’une passion inavouée, auraient voulu et auraient pu "recroiser" les jambes pour se coincer la boutonnière si la collection avait défilé. Il est vrai que devant tant de broderies innovantes en plexiglas associées à des matériaux décloisonnés et des étoffes fines et délicates, elles se seraient mises en transe les petites. Oui, il est encore possible d’avoir un orgasme devant une collection couture même quand la plume des belles est plutôt sèche. Nous n’oublierons pas que, de nos jours, la mode se doigte, sur les tablettes numériques et autres claviers de verre…

La matière, ma biche

Pour en revenir à la collection, la géométrie des patchworks provoquera un étourdissement car la collection de Pizarro murmure aux premiers rangs des contradictions. Le maillage de cuir nous aime. Les matériaux techniques nous excitent. Le néoprène fait l’amour à un satin de soie. La maille prétentieuse et insolente fait son grand chalala. Le handmade, fait-main, sorry pour l’english, rime avec alpaga. Le mohair est la bulle qui claque face à des jacquards très structurés et technologiques.

Espoir émeraude

La touche de vert complète une collection. Voyons y un hommage à l’or ou à une envie de nature pour une mise au vert… Le vert est le symbole de la richesse, du fric, c’est chic… A chacun son équilibre et son pantone chromatique pour exprimer l’idée d’un raffinement. Octavio est le Pierre Soulages de la mode et doit continuer à nous troubler à chaque saison…

7871ec1c 1890 4c27 a58a 2cf6056f7126 19417ee9 9724 4d35 8b11 db1eefa697b2

Qui est Octavio Pizarro ?

Il est né à Santiago du Chili. Créateur franco chilien, il a étudié à l’École de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne avant d’entrer en 1997 comme assistant à la Maison Jean-Louis Scherrer. De 1998 à 2003, il œuvre au sein de Maison Jacques Fath comme directeur artistique et développe les différentes collections ainsi qu’une nouvelle ligne d’accessoires. Puis, pendant deux ans, il est en charge de la collection prêt-à-porter de Guy Laroche.

Un parcours

En 2005, il lance sa propre ligne d’accessoires et créé, entre autre, de luxueuses écharpes en Alpaga utilisant les techniques ancestrales des hauts –plateaux andins. Sa première collection de prêt-à-porter éponyme naît en 2011, elle sera mise en scène à la galerie Joyce à Paris. L’utilisation de la maille travaillée à la main ou de façon industrielle est devenue, au fil du temps, la signature de la marque. Influencé par la géométrie, l’architecture, l’art cinétique ou encore l’art déco, Octavio Pizarro mixe avec brio ses racines sud-américaines et le style de la femme parisienne. Inspiré par sa double culture, il mélange les matières et les techniques pour donner corps à des pièces structurées et inattendues