Svetlana Kushnerova - Fleurs d'Hiver

|
par William Arlotti

Svetlana Kushnerova a présenté sa collection-couture lors d'un défilé qui annonce l'Automne-Hiver 1516. Le lundi 8 juillet 2015 à L’Espace Pierre Cardin, les fleurs d'hiver sont venues faire "fondre la glace". Décryptage en un aller-retour...

Perce-neige

Svetlana Kushnerova est remplie d’émotions et de pudeur à la fin de son défilé. Le sentiment perceptible est compréhensible. La pression et le stress de la fin d’un show font s’évaporer des mois de travail. La mode n’est pas un milieu tendre et à défaut de prendre une place, il faut avant tout s’en faire une. Dans une brume de désir, la créatrice nous avait habitué de "mémoire collective" à créer des robes vaporeuses, faussement romantiques, parce que "powerfull" et des micro-dresses plus cocktail, en associant du crêpe avec du vinyle, tout en jouant sur des volumes carapaces ou imprévisibles.

7 Svetlana Kushnerova Couture AH 2015 16 © Victor Boyko 9 Svetlana Kushnerova Couture AH 2015 16 © Victor Boyko

Tracer sa ligne, suivre sa route

Cette Kushnerova là est sur la bonne voie, à vrai dire, et doit continuer à travailler ses pulsions intimes sans chercher à vouloir plaire à tout le monde. Il faut reconnaître qu’à vouloir plaire à tout le monde, au final, nous risquons de ne plaire à quiconque. Dans ce monde où les designers s’inspirent du passé et copient du coin de l’œil le voisin et la voisine, la Couture n’est plus le "nerf de la guerre", le moteur de la Libération de la Femme. A une époque, le vêtement avait ce pouvoir de faire avancer une cause et de bouger les mentalités. Les femmes s’habillaient pour elles et un peu beaucoup pour les autres. De nos jours pour "qui" et pour "quoi" nous habillons-nous ? Les jupes crayons sont des cages. Les sur-jupettes en tulipe-parapluie font des cascades de fleurs noires et de temps en temps, une jetée de flower fait son tralala-drama.

Atelier et expertises de la maitrise

Le travail d’atelier est subtil et délicat. Les fleurs deviennent des parures pour venir rajouter un discours, un autre langage sur des robes. Cette floraison doit sans doute semer des futures graines pour séduire Paris. Ah, plaire à Paris... C’est un pari quand le public ne sourit que très rarement au premier rang…  Ma chère Svetlana, vous n’avez pas la peine de vouloir crédibiliser une "labellisation couture" par des artifices car la collection trouvera sa Femme, donc sa cliente. Cette dernière, une fleur nomade et globalisée ne connaît plus vraiment les plaisirs des saisons, avoir "froid en hiver", "chaud en été", avoir "chaud en hiver", "froid en été"… A moins d’être un peu comme l’héroïne Emmanuelle et de s’enfuir toujours où le soleil tombe dans un océan orangé et flamboyant... Un brin érotique, non ?

15 Svetlana Kushnerova Couture AH 2015 16 © Victor Boyko 12 ter Svetlana Kushnerova Couture AH 2015 16 © Victor Boyko

Romance romantique

Cette saison, les tons sont "nude" comme pour faire un ton sur ton avec la peau. Les ornementations deviennent des attrapes-regards qui font faire des focus sur la silhouette. Une ceinture, en fleurs brillantes et strassées, occupe toute notre attention. Les lamelles rose poudrée, rose candy et rose tendre sont comme des tagliatelles de bonbon à déguster alors que des fleurs en cuir dessinent un tour de cou…. Il faudra aimer les sucreries. Les soieries, les broderies, les cuirs, la maille crochetées, le voile de soie composent, en cadavre-exquis, des robes "mutantes". Dans le plan de collection apparaissent soudainement des looks en ruptures avec de la fourrure bleutée et des pantalons aux découpes dans le vif qui rendent hommage à un ersatz cyclique punky…

Liberta Liberta

Dans cet essai à vouloir "défier les codes",  Svetlana Kushnerova exprime sa liberté et sa vision unique. La créatrice cherche à dessiner "une femme plus libre, à la fois audacieuse et romantique, tout en affirmant une féminité audacieuse et intemporelle". Les mannequins posaient une main sur la hanche, tout en déposant un regard vers les photographes… Les attitudes changent tout comme la manière de faire la mode… Nous en aurions aimé encore "more and more"… A la saison prochaine avec impatience.

Photographies © Victor Boyko