Agatha Ruiz de la Prada au top du Pop !

La rencontre avec Agatha Ruiz de la Prada se fait par une palette de couleurs qui nous fait rimer Mode avec bonne humeur... Nous pourrions vous parler de la maille en trompe l’œil qui nous donne des illusions surréalistes, mais ces imprimés décloisonnent tous les univers pour que les corps des filles deviennent un support féministe... Une mode à porter pour sourire à sa dessinée comme un hymne à la vie... Agatha Ruiz de la Prada revient sur sa carrière et ses inspirations en after show à Feeric Fashion Week...

Pop Revival

Agatha Ruiz de la Prada est née à Madrid en 1960. La date est importante, pas anodine, car nos premières années de vie marquent notre destinée... Les sixties, chez Agatha, sont un filigrane dans l'ADN du style De la Prada... La jeune enfant traversera les seventies en croisant les ami(e)s artistes de son papa-architecte Manuel Ruiz de la Prada...

undefined

Dix années Pop qui façonneront l'esprit de sa ligne artistique et de ses volumes amples, cool et inconsciemment lui donneront la pulsion de décloisonner les univers... Le contexte familial épanouissant permet une liberté pour s'exprimer alors que Agatha Ruiz de la Prada ne sait pas encore que sa future mode sera un vrai lifestyle...

Movida Madrileña

Des études à l'école des arts et techniques de la mode de Barcelone lui donneront des bases solides pour appréhender des technicités, avoir un sens de la coupe et une idée forte : une mode déterminée, joyeuse et easy to wear... La mode, Agatha l'envisage très tôt avec le même esprit qu' Andy Warhol pour travailler avec un esprit factory... Pas l'usine, mais une famille-tribu recomposée pour ne pas faire cavalier seul...

undefined

La véritable explosion-naissance d'Agatha Ruiz de la Prada s'est faite dans les années 80. Dans la Movida Madrileña, la créatrice prend la vague et plonge dans le mouvement pour s'éclater et communiquer des ondes positives... Quand la musique, le cinéma, le design, la graphisme adhèrent à la même philosophie, la mode n'est que la somme d'un tout pour faire écho à une culture en mutation... Les mœurs sociales suivront et changeront...

Scandaleusement déclicieux

Le courant, Movida Madrileña, est illégal. Il faut dire que hacer una movida signifie quitter le centre de Madrid pour s'approvisionner en haschisch ou en drogues en tout genre et revenir les consommer dans la capitale... La subculture considérée comme underground symbolise un nouveau souffle, inscrit dans le contexte du processus de démocratisation et de libération de la fin de la dictature franquiste...Voilà pourquoi la palette de couleurs d'Agatha Ruiz de la Prada est restée subversive...

undefined

Chaque show est une fête où les filles gardent le sourire... Les looks sont définitivement "pop" enjoués à l'espagnole avec un brin des années 60-70... Si le message est une réaction à la violence du courant rock, il fait un pied de nez à la dictature de Franco criant haut et fort que la jeunesse existe et veut vivre... Une bande son pop music, avec une touche d'esthétique glam et la provocation de la philosophie punk composeront ce pop revival.

Fan des années 80

Ses créations intriguent, éveillent la curiosité et l'artiste commence à se faire une réputation à Madrid... En 1981, Agatha Ruiz de la Prada fait défiler sa première collection, à Madrid, dans le tout nouveau Centre de Design : Local. Pour acheter ses robes, les clientes époustouflées devront pousser la porte de son magasin madrilène, unique point de vente...

undefined

Pour s'habiller dans l'air du temps et affirmer aux autres que nous sommes rempli(e)s d'énergie, la boutique atelier, à l'image de sa créatrice, fait twister les codes des maisons de couture...

Décodage d'un style authentique

Il ne faudra pas oublier la dimension surréaliste et hors limite de ses vêtements. Comme un artiste qui peint sur la toile, elle utilise ses créations comme une œuvre à porter, peintes à la main... De la fringue aux croquis, la signature s'affirme, au fil des saisons, et ses dessins se retrouvent exposés dans des galeries d'art de Madrid et de Barcelone. Agatha n'est pas une fille qui triche et qui vous raconte un story-telling derrière une collection... Chaque collection est une page d'un livre ouvert sur sa vie et son intime... Le positif restera colorfull et les autres chagrins trouveront une re-colorisation pour que la vie reste toujours belle, pop et magique...

undefined

Création électrique comme les touches d'un synthétiseur, colorée comme les spots d'une discothèque, tendre parce que régressive, loufoque parce que l'actualité n'est pas facile sont les formulations que nous retrouvons sur chaque catwalk... Agatha Ruiz de la Prada est un peu comme un polaroid attentif à son époque...  Elle capte à l'art et la culture populaire, ses codes essentiels pour faire un vestiaire-nouveau-réalisme...  Ses motifs incarnent un renouveau iconographique, piqué au Pop Art... Chez elle, il y a de l'Eduardo Paolozzi, du David Hockney, de l'Arman, du Jasper Johns, et du John Cage...

Rêves contestataires

Agatha affiche ses rêves et ses contestation sur ses vêtements, ses accessoires de mode, ses parfums, ses bijoux, ses jouets, sa papeterie, ses livres, son linge de maison, et son mobilier... Dans ce lifestyle, l'art ne s'éloigne, à vrai dire, jamais de son inconscient...  

undefined

En 1998, son installation robe de mariée en carrelage pour l'Institut Valencien d'€™Art Moderne fera sensation alors que dans la salle Parpallo, une rétrospective de son travail est présentée. Ses costumes et affiches pour La Révolution transparente en 1989 et La Dama Boba de Lope de Vega en 1997 séduiront l'univers du théâtre...

La vie est une fête

Pour le printemps été 2017, les Agatha Girl portent des sweat-shirt-robes colorées, un peu loose pour se lover dedans avec tendresse ... Les lunettes de soleil sont comme des bonbons acidulés qui captent les lumières transparentes ... Les bandes de couleurs multicolores sont comme des fanions qui s'envolent dans une brise. La rayure, le gribouillage, des soucoupes volantes, des lettres de l'alphabet structurent la collection comme les pages à tourner d'un livre enfantin...

undefined

Les tissus lamés sont tout droit sortis de Quality Street, la boîte à bonheur... Sur une jupe crayon ou un tank top, l'effet est dynamique... Un caftan est une invitation à partir pour Ibiza alors qu'un nouvel ensemble pantalon graphique affirme que les filles ont du pouvoir... Pouvoir d'être soi, à la folie et passionnément encore plus quand des touches d'or sur des cuirs brillants chantent un soleil, soleil, je suis né dans tes bras...

Photo Crédit Cover Fang Bo Hung

Show Picture CréditFeeric Fashion Week