La Manufacture Jaeger-LeCoultre magnifie Ferdinand Hodler

En 2018, la Manufacture Jaeger-LeCoultre met de nouveau à l’honneur les savoir-faire de ses artisans des Métiers Rares à travers une série de trois montres Reverso. Les créations révèlent un travail de gravure et d’émaillage remarquable sur les deux côtés: face regard versus pile à fleur de peau... Les tableaux du peintre suisse Ferdinand Hodler sont reproduits en miniature. Ces paysages de montagnes et de lacs, sont particulièrement représentatifs de l’oeuvre du peintre. 2018 marque le 100ème anniversaire de sa mort. Les oeuvres été choisis pour orner le boîtier de la Reverso Tribute Enamel. La montre iconique aux codes Art déco arbore à cette occasion un boîtier en or gris spécialement créé pour accueillir la miniature en émail. Les trois modèles sont chacun réalisés en huit exemplaires. Luxe et rareté...

Métiers rares, Métiers d'Art  

Les Métiers Rares de Jaeger-LeCoultre rendent un hommage délicat pour figer dans le temps qui passe l’œuvre de Ferdinand Hodler. Au recto de la pièce, c’est un délicat travail de guillochage qui apparaît. L’artisan guillocheur de Jaeger- LeCoultre décore finement le cadran grâce à une machine centenaire nécessitant un savoir-faire d’une grande complexité et des années d’expérience. D'une manière plus générale, la technique du guillochage est ancienne et tient son nom d'un ouvrier du nom de Guillot qui l'aurait élaborée. Elle consiste à tracer des décorations sur des matériaux en procédant par enlèvement de matière : ornementer des montres, des stylos, des briquets, des bouchons de parfums, des interrupteurs, des boutons de manchettes, des couverts, de la robinetterie. L' artisan guillocheur se fait rare et  il conçoit et fabrique lui même ses  outils, utilisant des machines anciennes, soigneusement conservées et entretenues, et beaucoup plus modernes comme les tours à commande numérique. Le geste et le rituel de la main sont inchangés. C'est donc un métier de tradition qui nécessite des qualités autant artistiques que techniques, notamment mécaniques.

L'extrême finesse de l'artisan 

Chez Jaeger- LeCoultre, le cadran est travaillé de petits losanges. Ils se révèlent comme tressés, et réalisés avec une extrême finesse. Le rendu est ainsi des plus délicat. Cette gravure est ensuite recouverte d’un émail translucide, dont la couleur a été étudiée pendant de longues heures pour s’accorder parfaitement avec celle de la peinture reproduite au verso du boîtier. Le travail de gravure à la main a été poursuivi au verso de la montre, dessinant au trait un cadre des plus élégants pour chacune des peintures émaillées. Ce dessin, différent sur chaque modèle, sublime le tableau reproduit en s’ajoutant aux trois godrons emblématiques de la Reverso. Une œuvre d’art en émail Grand Feu Au verso de la Reverso Tribute Enamel, c’est une inspiration d’un chef-d’œuvre de Ferdinand Hodler qui se découvre. Les artisans émailleurs ont passé une cinquantaine d’heures à reproduire le plus fidèlement possible le tableau du maître sur chaque montre afin de mettre au jour la grande sérénité qui s’en dégage.

Entrez dans la lumière 

Chaque tableau reproduit représente divers défis pour les émailleurs de Jaeger-LeCoultre. Le premier est de reproduire une œuvre d’art de grande taille sur une surface de 3 cm2. Pour l’huile sur toile « Lac Léman avec le Mont Blanc dans la lumière du matin » qui a été peint en 1918 et dont la taille réelle est de 74 cm x 150 cm, le travail s’est porté sur les lumières rose et or du matin. Au recto, c’est un gris clair très tendre qui a été choisi pour s’accorder aux couleurs de l’œuvre. Les fondus du ciel et du lac reflétant la lumière sont exprimés par petites taches de couleurs transcrivant la grande douceur de ce paysage et l’unité parfaite qu’elle traduit.

Plongez dans l'oeuvre et oubliez le temps...

Le tableau « Lac de Thoune aux reflets » a été peint en 1904. Ses dimensions réelles sont de  89cm sur  100 cm. L'oeuvre exprime une lumière plus vive comme celle du milieu de journée, où les bleus du lac et de la montagne se font écho avec puissance. Il faut noter le travail sur la transparence de l’eau qui laisse apparaitre les rochers au premier plan dans un dégradé de vert est remarquable. Il a inspiré l’artisan émailleur pour chercher la couleur vert pin ornant le cadran au recto. Dans cette œuvre émaillée s’exprime la force de la symétrie caractéristique de Ferdinand Hodler.

De la reproduction à la miniature 

Troisième tableau reproduit, l’huile sur toile « Lac de Thoune aux reflets symétriques » qui a été réalisée  en 1909 et dont les dimensions sont de  67,5 cm x 92 cm, dépeint les montagnes des Alpes se reflétant dans l’eau du lac de Thoune dans la lumière tombante du soir. Les jeux de miroir et la douceur des dégradés de bleus et de blancs de cette œuvre évoquent la sérénité du Lac de Joux. Pour l’émail translucide du recto, c’est un bleu horizon d’une couleur très délicate qui a été travaillé et recouvre délicatement le guilloché. Une icône Art déco pour accueillir l’œuvre du maître Avec ses codes emblématiques de l’Art déco, index facettés en applique, aiguilles dauphines et minuterie chemin de fer au cœur de son cadran, la montre Reverso Tribute Enamel se fait une toile originale et sophistiquée pour accueillir le travail des émailleurs des Métiers rares.

Si Ferdinand Holder nous était conté... 

Poursuivant ses séries de Reverso émaillées reproduisant des chefs d’œuvres de l’art pictural, la Manufacture Jaeger-LeCoultre ne manquera pas de séduire les amateurs d’art avec ces pièces consacrées à Ferdinand Hodler. Une nouvelle manière de mettre en valeur les savoir-faire si précieux des Métiers Rares hébergés sous le toit de sa Manufacture de la Vallée de Joux, et de faire montre de l’ouverture de la Grande Maison sur le monde de l’art et de la culture.  Ferdinand Hodler est né à Berne en 1853 et mort à Genève en 1918. Il est un des grands rénovateurs de la peinture décorative monumentale. Son art symbolique possède une tendance expressionniste proprement germanique, qui transparaît notamment dans la part autobiographique de son œuvre. L'artiste est d'abord apprenti chez son beau-père, peintre d'enseignes. Il poursuit sa carrière comme peintre de vues alpestres pour touristes, à une époque où les cartes postales n'existaient pas. C'est alors qu'il rencontre des personnages influents dans le monde artistique et intellectuel, et lie d'amitié avec des poètes, des critiques et des journalistes : Louis Duchosal, Mathias Morhardt, Edouard Rod, Mallarmé et Verlaine. Hodler participe aux premiers cercles symbolistes de Genève. Il se perfectionne en suivant les cours de Menn de 1872 à 1877 à l'École des beaux-arts de Genève. Ferdinand Hodler se libére du pittoresque de convention et tourne sa peinture de paysage vers l'observation du motif.

Il ne manquera pas d'apporter une note romanesque et envoutante comme dans son tableau autobiographique, La Nuit de 1890  : un agencement symétrique,  des corps entrelacés,  un décor sans profondeur. Le maestro se  représente dans la toile arraché à son sommeil... Le fantôme de la mort surgit. Cette année marque le 100e anniversaire de la mort de Ferdinand Hodler, disparu à Genève en 1918. Elle est l’occasion pour le monde de l’art, et notamment pour les grands musées helvétiques, de rendre hommage à ce représentant majeur du symbolisme et peintre emblématique de la Suisse.

Manufacture Jaeger-LeCoultre voit le jour en 1833 

Dans la Vallée de Joux, au cœur des montagnes suisses, le décors d'une succès-story est idyllique. Depuis cette date, les maîtres horlogers y dessinent, fabriquent et assemblent chacune des montres, du calibre au boîtier. Un travail exigeant qui requiert créativité, détermination et courage. Peu importe le temps passé à créer ces montres, ce qui compte c’est leur longévité. La Maison Jaeger-LeCoultre rend hommage à cet artiste, qui a beaucoup représenté des paysages Suisses rappelant l’environnement naturel de la Vallée de Joux où la Manufacture est située depuis ses origines en 1833. A travers ces paysages dépeints tout en parallélisme, Ferdinand Hodler retranscrit sa vision de l’ordre de la nature. Une expression claire et simple du monde, révélant une dimension universelle, qui régit toute l’œuvre de l’artiste.