Un souk au bord de la méditerannée avec Jacquemus

|
par William Arlotti

Du Petit Palais au Souk de Marrakech, Simon Porte Jacquemus nous propose son invitation au voyage. Poétique... Le pavement de mosaïques, qui couvre le sol des galeries, exécuté par l'atelier Giandomenico Facchina de 1826 à 1923 cartographie, ton sur ton, la collection de l'Automne Hiver 18-19.  Au fil des saisons, Simon Porte Jacquemus dessine et affirme son style irréprochable et raffiné. Si la Méditerranée reste pour le designer une source inépuisable, le front raw se demandait quel était ce #newjob ?

Harmonie en équilibre 

La gamme de couleurs joue avec des nuances d'épices Nord Africaines. La fluidité des matières, la douceur des étoffes se parent de monoblocks aux tonalités de felfla hloua, de felfla harra , de felfla soudania, de saafrane beldi, de saafrane roumi, de bzar, de chkinjbir, de karfa, de kamoun.

Dans cette vibration, cardamome, macis, maniguette, noix de muscade, nouiouara, cantharide, dar felfell, curcuma, gingembre, ibzar, lissan ettir, baies de belladonne et gingembre blanc trouvent un écho aux petits carreaux de la mosaïque du parvis. La pulsion créative d'un Marrakech fantasmé et réinterprété, laisse planer l'ombre d'un Yves Saint Laurent. Mais le couturier s'efface totalement pour nous faire oublier l'ornementation, les motifs riches des broderies mais ne garder que cette allure élégante, conquérante et moderne.  

Simon Porte Jacquemus brille par son talent. Son vestiaire traditionnel marocain revu, en quelques coups de crayons stylisés, dessine une nouvelle femme française au glamour éternel. Chez lui pas la peine de sur-enchérir sur de la brillance gratuite, des perleries exagérées, et des mètres de fils brodés qui piqueraient la toile... Juste pour piquer l'attention.

Souvent après un défilé, je pars au Maroc. Je fais de la moto. Je roule tellement que mes chemises, à la fin de la journée, sentent l'essence. Cet hiver, je me suis encore perdu dans les souks, je n'avais qu'une envie: faire mon été prochain ici. Je suis rentré à Paris et j'en ai fait mon hiver, ma collection d'hiver. Sans attendre, mon hiver chaud - Simon Porte Jacquemus sur ses réseaux sociaux

Petite fille du Soleil 

La musicalité de Paamey Mashiah cadence les allers et les retours des silhouettes. Les vêtements fusions twistent la différence. La combinaison puise au caftan. La djellaba se réinvente en tuniques longues transparentes. Les robes sont nouées … Un pull-over robe fendue avec sensualité s'étire pour laisser apparaitre une jambe. Le saroual pique à l'ADN d'une jupe. Les vestes font un clin d'oeil aux burnous.

La maille seconde peau clame le retour d'un sexy à la folie. Le jersey moule les corps pour sublimer une hanche, une chute de rein, un déhanché. Pour un port altier, les capelines sont démesurées et invitent à un jeu de cache-cache dans la médina. Depuis six ans, Simon Porte Jacquemus tranche dans le vif du sujet pour aller à son essentiel, avec un sens de la coupe toujours maitrisée. Flash back d'un show dans une piscine... Souvenir d'un hangar désaffecté... Tout est fluide, voluptueux, connecté, easy, sensible et logique. L'hiver de la saison prochaine se réchauffe. Les poitrines apparaissent pour attraper le regard. La sensation est solaire et envoutante. Le  #newjob du designer sera de bientôt de lancer et de révéler sa ligne masculine. Un nouveau challenge pour le maestro du chic-cool...

Automne-Hiver 2018-2019

À suivre

Jacquemus chez Maria Luisa - Le Printemps  
64 boulevard Haussmann 75009 Paris

contact@jacquemus.com