Pourquoi les Parfums de Marly nous enivrent ?

Les Parfums de Marly nous invitent à ce voyage si unique qui nous téléporte vers ce temps facetté, des maitres gantiers et des intrigues romanesques du XVIIIeme siècle... Il est question de lumières, de souvenirs et de projections sentimentales à fleur de peau avec Yvan Jacqueline, son Directeur Général. Nous sommes dans une niche olfactive où les verres sont épais, les bouchons sont lourds, les flacons révèlent un sceau affirmant la prestance chevaleresque... Du pur sang, des étalons qui structurent un blason, clef d'un voyage où il est bon de se perdre... Les belles matières naturelles sont là... Des talismans dans des boîtes fourreaux en noir et or qui se préservent de la lumière...  Louis XV et royauté, courtisanes et volupté, noblesse et insolence, pour une alchimie extra-sensorielle...

Parfums de Marly, le sceau de l'excellence

Deux grands marbres, figurant des chevaux retenus par des palefreniers, sont transposés sur le verre des flacons des Parfums de Marly. La collection vibre dans des couleurs uniques, références contenant des fragrances ciselées, et nous invite à ce flash-back vers l'année 1739.  Les bouchons sont volontairement lourds et brillants, expression d'une qualité affirmée. Tout n'est qu'une projection. Tout est subtilement pensé. Alors l'Abreuvoir du parc de Marly, où siégeaient les étalons, reste ce décors, ce  fantasme, où des relations secrètes et des passions interdites ont laissé s'évaporer tant d'amour, trop de désirs et et beaucoup de tourments... Sans oublier les regrets...

Vous saviez qu'en 1743, Louis XV a choisi les modèles qui étaient exposés dans la cour du Louvre. Les marbres sont ensuite posés à Marly en 1745, puis transposés en 1794 à Paris. À l'initiative du peintre David, les deux sculptures sont érigées sur de hauts piédestaux à l'entrée des Champs-Élysées. Les Parfums de Marly nous murmurent que leurs revendications restent "parisienne", que France rime avec Élégance... D'un pschitt tout est dit en "odorama", sans "tralala"...

Les Parfums de Marly optent pour des parti-pris forts, avec des formulations singulières mais courtes, qui se veulent percutantes. J'ai voulu des matières et substances en lien avec des addictions sentimentales comme  la vanille, la  fleur d’oranger, l’héliotrope et le bois de Gaïac - Julien Sprecher

Le parfum n'est alors qu'un sampling historique réinventé où Julien Sprecher, fondateur et président du label insuffle son "kiff'olfactif"  dans la parfumerie de notre époque.... C'est Rock dan cette corporation qui manque sérieusement de  jus “signatures”. Alors des Chevaux de la Renommée, commandés par Louis XIV à Antoine Coysevox pour surplomber le bassin de l'Abreuvoir de Marly,  transportés aux Tuileries en 1719, il y a un flacon à saisir en main, expression d'un pouvoir, d'une fascination, d'une pulsion qui nous colle à la peau.

Athalia est une fragrance créée par Alexandra Kosinski de Givaudan. C'est un jus hyper féminin qui mêle douceur du musc blanc avec la fleur d’oranger. Le message se poursuit avec  la sophistication de l’iris et de l’ambre. La peau vibre dans une sensation “plume”, légère et caressante - Yvan Jacqueline

Fasciné par la resplendissante cour de Louis XV, dîte "la cour parfumée", il fait donc twister le  "Marly 1739" vers 2019 rendant hommage à Guillaume Ier Coustou, à Coysevox mais aussi à l'Art des Maitres Parfumeurs. Nous ne pouvons rester de marbre.  Monolithe marbre de Carrare... Verre enfermant un élixir... Des fragrances pour des souffles de vies épiques, capturant le galop des Chevaux du soleil...