Arthur Arbesser Fall / Winter 2020-21

Athur Arbesser a vu le jour, et a grandi à Vienne en Autriche. Le designer a été immergé intensément dans l'histoire et la culture de sa ville natale en y puisant des émotions sécessionnistes, connecté à la rupture et à la confrontation de mouvements artistiques et architecturaux. Après avoir obtenu son diplôme du Central Saint Martins College de Londres, Athur Arbesser a déménagé à Milan pour y travailler faisant ses armes dans une grande maison de mode pendant plusieurs années. Après avoir lancé son label et être finaliste du prix LVMH 2015, il s'est rapidement fait remarquer par son esthétique graphique et son langage au design personnel. Chez Arthur Arbesser, un imprimé fait écho à l'Art nouveau, aux blouses d'Émilie Floge et à la sexualisation des motifs dans l’oeuvre globale de Gustav Klimt. A ce sujet, Arbesser travaille ses silhouettes comme des estampes japonaises, jouant sur le plat, le plissé et la répétition pour faire créer une rupture avec l'occident tout en jetant un regard vers les arts décoratifs modernes. Son Automne-Hiver 2020-21 est une correspondance entre un Vienne-Milan... Une collection à plusieurs influences ou une trame symboliste permet une nouvelle lecture de la pensée du créateur, de son époque... A Fashion Jugendstil retranscrit ses souvenirs émotionnels à travers  ses collections depuis 2013.

URBANITÉ CORPS A CORPS

L'urbanité et l'architecture provoquent chez Athur Arbesser une envie de mouvement, de circulation et d'énergie créative. De Vienne à Milan, celui qui observe pour capter l'époque matérialise sur le corps la froideur d'un marbre, la géométrie d'une marqueterie, la couleur chaude d'une façade, une certaine sophistication dans l'épure. 

Images & Vidéo Courtesy of © Camera della Moda Italiana - © Arthur Arbesser ©IMAXTREE

Pourtant Vienne n'est pas Milan... Et le seul point commun entre les deux villes seraient de trouver un sens dans les compagnons, les artisans et tous les corps de métier qui les ont façonner et savent emmener leurs habitants vers la lumière, vers une vérité.

PASSEGGIATA

Se balader à Milan fait naitre un sentiment de puissance écrasante, de figure imposante, de piété volage et de légereté sacrée... D'insouciance, de rencontres sympathiques... Il faudrait alors se poser à la terrasse de La  Madonnina ou traverser la Piazza Belgioioso, 2 pour se rendre au restaurant Boeucc et se perdre pour mieux se retrouver... 

Images & Vidéo Courtesy of © Camera della Moda Italiana - © Arthur Arbesser ©IMAXTREE

Puiser dans Milan pour retranscrire son âme sur un plan de collection renvoie alors à Gae Aulenti, architecte-designer Années 50, mouvement néo-liberty,  à Giovanni Muzio, connecté au mouvement artistique Novecento et dans un name-dropping sans fin ? Stefano Boeri, Massimiliano Fuksas et Renzo Piano...

DAMIER JACQUARD

Le designer autrichien Arthur Arbesser ouvre sa saison sur un damier. Mais le jeu des dames se déforme pour ne pas avoir à règler ses  comptes, ni a se justifier sur la  part d’ombre et la part de Lumière qui est en nous.

Images & Vidéo Courtesy of © Camera della Moda Italiana - © Arthur Arbesser ©IMAXTREE

Puis loin, des éclats de couleurs sont comme des étoiles filantes sur des tissus clairs ou sombres pour briller et fonctionner comme des attrapes-regards. La silhouette devient un phare dans la nuit, s'amusant de géométries fortes, évoluant dans des palais, courant sur les marbres.

RAFFINEMENT COOL

La collection d'Arbesser d'un point de vue sémiologique-mode échappe au binaire pour révéler que l'imagination du designer est sans borne, au delà de la raison, juste dans l'émotion. Les silhouettes à la fois en I, parfois sinueuses, souvent en fleurs donnent une rythmique au dressing où il est question de mat versus brillant, de jouer avec les superpositions, de bi-matières, de tri-matières.

Images & Vidéo Courtesy of © Camera della Moda Italiana - © Arthur Arbesser ©IMAXTREE

La collection invite au cool, au raffinement pour une Femme qui s'affirme. Le mohair comme un nuage léger garde les pieds sur terre sous la fluidité des tissus imprimés.

ADN DÉCODAGE

Quant aux laines, elles sont onctueuses, généreuses, enveloppantes. La palette de couleurs chaudes qui se strucuturent autour de rouille, de bordeaux, de curry, s'oppose à une gamme plus froide, plus sombre comme pour nous envouter. Et soudainement un blanc laiteux rappelle le travail de la terre, de la céramique dans l'atelier du sculpteur.

Images & Vidéo Courtesy of © Camera della Moda Italiana - © Arthur Arbesser ©IMAXTREE

La matière prend toujours forme quand la main de l'homme l'a façonne.  Le noir sur un velours capte la lumière pour narguer des tonalités de marrons divers et variés. Dans ce grand-mix and match, les camaieux en ton-sur-ton donne un équilibre. Arbesser aime à jouer de macro et de micro visions. Le damier se métamorphose alors en pixels-jacquards. Focus sur des souliers-sabots rhabillés pour l'hiver de satin alors que la nouvelle collection de sacs développée avec Valextra, sont la promesse que nous retrouvons ses looks dans la vie, dans la ville...

Images & Vidéo Courtesy of © Camera della Moda Italiana - © Arthur Arbesser ©IMAXTREE