Schiaparelli, un Printemps-Été 2020 Haute Couture

Daniel Roseberry insuffle de la passion et du désir, des tentations et des plaisirs dans la maison de Schiaparelli. Le designer a redessiné une intrigue , en pensant à Elsa, rythmée par la fantaisie, l'innovation, le surréalisme, tout en tissant des correspondances émotionnelles avec l'Art Contemporain. Un Printemps / Été 2020 sous le signe de la Haute Couture en révolte contre la monotonie ambiante. Volume over-Dada-chic, bijoux versus bijoux-Dali-diurne, sans oublier les broderies qui participent à une prose littéraire, sophistiquée et enjouée. Le rôle de l'inconscience créativité face à  l’intervention de la volonté ! Daniel Roseberry réalise une oeuvre globale, maitrise une gamme aux couleurs vibrantes, un sens de la coupe affirmée pour aboutir à un plan de collection sexy. Cette formulation triangulaire place la libération du désir, au milieu du grand échiquier. Les silhouettes vont et viennent, évoluent comme dans un songe, cadencé par des mécanismes fantasmagoriques.  Décryptage !

 Dualité rêveuse

Dans ce deuxième opus,  il est question du «double fantasme», du jeu de miroir de la protéiforme Elsa Schiaparelli. La collection se construit vers deux direction comme si Elsa Schiaperelli était face à un miroir, où elle  expose sa vérité psychologique en éliminant l'importance de l'ordinaire afin de créer une image extra-ordinaire et de susciter l'empathie du spectateur.

Tailleur en satin de laine et soie noir orné de broderies iconiques ton sur ton, bande smoking en faille de soie noire, porté sur une blouse de soie blanche déstructurée. © Schiaparelli

Les photographies d'Elsa Schiaparelli au travail dans son studio, vêtue de ses tenues de jour inventives-pragmatiques ont été les séquences d'une narration mode. Ici ce dessine un cadre. Dans le hors-champs de l'objectif du photographe, il faudra aller chercher vers les incroyables bals et soirées surréalistes que la créatrice organisait. Le Printemps-Été 2020 Haute-Couture traduit une dualité, la la pudeur, le charisme, l'extravagance, le refoulement, les pulsions. Contradictoire... Paradoxe... pour celle qui se joue d'un "character" introverti-extraverti...

LOOK 1 - Tailleur en satin de laine et soie noir orné de broderies iconiques ton sur ton, bande smoking en faille de soie noire, porté sur une blouse de soie blanche déstructurée / LOOK 2 - Veste tailleur en laine bleu nuit au col « nuage » sur un pantalon large coordonné. / LOOK 3 Robe flou drapée asymétrique incrusté d’un effet trompe l'œil en crêpe de soie nude. Gants ornés de broderies « Squelette ». / LOOK 4 - Trench en faille de soie nude plissée « trapunto ». Ceinture bijoux. / LOOK 5 - Robe en faille de soie sur-teinte nude au col « nuage », bustier brodé de tubes mats. / LOOK 6 - Robe drapée foulard en soie bleu nuit ornée d'une ceinture de métal or. / LOOK 7 - Chemise en organza plissé « trapunto » encre, boutons bijoux, porté sur un pantalon large en faille noire. / LOOK 8 - Robe en cuir marron aux manches drapées, ornée d'anneaux de métal or. / LOOK 9 - Robe colonne en crêpe de soie noir au décolleté ascendant vertigineux. / LOOK 10 - Robe seconde peau brodée de perles et bijoux iconiques. / LOOK 11 - Tailleur cardigan en laine froide havane brodé de bijoux or, porté sur un pantalon taille haute coordonné. Top foulard imprimé flacons de parfums Schiaparelli. / LOOK 12 - Robe débardeur en crêpe de soie nude, broderie or hommage à la robe Squelette de 1938. / LOOK 13 - Robe asymétrique drapée en jersey de soie marine et broderie bijoux iconiques...

Esthétique surréaliste

Dans cette nouvelle saison, il y a du Giorgio De Chirico, pour l’esthétique surréaliste, du Marx Ernst pour le frottage et le collage, faisant écho au tissus et aux matières, de l'André Masson renvoyant aux silhouettes automatiques, du Miró, du Magritte et du Dali pour dessiner des looks oniriques en organisant la rencontre d’éléments disparates. L'inspiration se focalise essentiellement via le réseau de Schiaparelli dans les années trente, piquant déci-delà chez les artistes et ami(e)s qui la côtoient. 

Tailleur cardigan en laine froide havane brodé de bijoux or, porté sur un pantalon taille haute coordonné. Top foulard imprimé flacons de parfums Schiaparelli. © Schiaparelli

Du mobilier déco-moderne-minimaliste de l'architecte d'intérieur Jean-Michel Frank, Daniel Roseberry destine une palette diurne-céruse à la tonalité chêne, un ton parchemin qu'il mélange avec un bleu marine et du marron glacé. Chez Alberto Giacometti, le squelette est un attrape-regard qui se fixe sur des bijoux, des parures, des anoblissements «os» strassés. Il ne faudra pas oublier la référence à la robe de soirée squelette en jersey rembourré de Schiaparelli qui date de 1938.

LOOK 14 - Veste cardigan en tweed artisanal bleu marine entrelacé de chaînes or, porté sur un pantalon drapé asymétrique en laine froide marine et un body de cuir nude. / LOOK 15 - Manteau croisé en satin de laine et soie camel, brodé d’un soleil hommage à la cape Phœbus de 1938. / LOOK 16 - Robe asymétrique en crêpe de laine noir rehaussée d’un drapé flou en georgette de soie nuit. / LOOK 17 - Veste croisée en laine bleue, boutons et chaîne bijoux, porté sur un pantalon coordonné. / LOOK 18 - Robe bustier « chandelier » brodée de strass et de cristaux mats, ceinturée d’un jonc en métal argenté. / LOOK 19 - Robe débardeur en crêpe de soie noir, broderie ton sur ton hommage à la robe Squelette de 1938. / LOOK 20 - Tailleur cardigan en laine froide noire brodé d’un soleil hommage à la cape Phœbus de 1938, porté sur un pantalon taille haute coordonné. / LOOK 21 - Robe chemisier drapée en satin léger noir porté sur un top brodé de cristaux. / LOOK 22 - Robe colonne en crêpe de soie noir, et manches aux effets nuages.

Un grand écart subtil

Si le Surréalisme a profondément inspiré l’art américain par la pratique de l’automatisme, la collection nous téléporte vers le Pop Art, vers des images de magazines eighties. On effeuille, on arrache les pages, et on tease... Daniel Roseberry a longtemps admiré Elle Macpherson dans Sports Illustrated. Sur le catwalk, des robes à dos de maillot de bain décalée, avec des lignes de bronzage en trompe-l'œil s'invitent. Une robe en cuir se la joue ton-sur-ton avec la peau d'un mannequin... Bronzage, soleil et corps en parfaite santé...

Mini robe en biais froncée en faille sur-teinte formant un jeu de rayures multicolores. © Schiaparelli

De larges rayures font un clin d'oeil aux uniformes des universités américaines, aux étendards, aux blasons, aux drapeaux alors l'iris, le cadenas, les soleils, les camées et les mètre-rubans redonnent une juste mesure et de la temporalité. Sublime tailleur-pantalon bleu marine classique à porter en day-wear.

LOOK 23 - Robe bustier en crêpe de soie noir et bandeau brodé « Iris », jupon en faille sur-teinte. / LOOK 24 - Tailleur veste double boutonnage brodé de tubes effet léopard des neiges. /  LOOK 25 - Robe fourreau entièrement brodée, body seconde peau au motif trompe l’œil marque de bronzage. / LOOK 26 - Bandeau foulard imprimé flacons de parfums Schiaparelli, porté sur un pantalon taille haute, ornementé de rayures tennis peintes à la main. Blazer marine brodé et boutons « Signature ». / LOOK 27 - Robe en cuir bleu saphir ornée d'anneaux de métal or et broderie bijoux. / LOOK 28 - Trench en soie ivoire. / LOOK 29 - Robe bustier asymétrique en faille de soie sur-teinte bleu électrique au col « nuage », brodée de bijoux multicolores. / LOOK 30- Mini robe bustier froncée en faille sur-teinte formant un jeu de rayures multicolores. / LOOK 31 - Veste double boutonnage en crêpe technique blanc, brodée de bijoux iconiques, pantalon large coordonné.LOOK 32 - Mini robe en biais froncée en faille sur-teinte formant un jeu de rayures multicolores. / LOOK 33 - Robe grand flou, bustier d’inspiration « maillot de bain » multicolore, et jupe en faille de soie sur-teinte rose. / LOOK 34 - Robe en maille de nylon noire perlée au jupon bouillonné saphir. / LOOK 35 - Robe twistée en soie rose Shocking. / LOOK 36 - Robe bustier en maille de nylon perlée aux rayures sportives, manches ballon en intarsia de faille multicolore.

L'organza est un nuage qui nous murmure que Haute-couture rime avec légèreté. La collection "auto-écrite" révèle une  femme active, impulsive, exaltée et rebelle. Et en retenant son souffle, comme pour capturer au vol le sillage du parfum Shocking, il serait impossible de pas repenser au panache des collections d'Yves Saint Laurent et Christian Lacroix, si nineties et si revival. Merveilleux !