Tony Ward à la Mode, à la Couture

L’évocation et la consonance du nom de Tony Ward nous projettent dans une série télévisée sous le signe des Feux de l’Amour où cet amour, la gloire et la beauté seraient des intrigues à dessiner son destin. Tony est plus sage que son homonyme Ward, le mannequin qui ondule dans le clip Justify My Love de Madonna, réalisé par Jean Baptiste Mondino et qui joue aussi le rôle d’un gigolo dans le film Hustler White de Bruce LaBruce. Les deux restent unis par la mode et le catwalk qui tire un trait sur deux destinée. Notre Tony Ward, inspiré par le 67e festival de Cannes, puise sa créativité transposée dans Mister Turner. De la mode au cinéma, il y a toujours une histoire de Red Carpet.

Le froid et le chaud

Tempête de neige mais aussi Hannibal traversant les Alpes sont les deux tableaux de William Turner dont Tony Ward a puisé et mis en ligne les forces puissantes. La nature capturée dans la toile est contradictoire.

Tony Ward

Les deux tableaux sont donc des fenêtres qui s’ouvrent sur l’imaginaire du créateur. Il laisse alors vagabonder ces femmes fatales dans les deux décors. Cette dramaturgie des volumes provient d’un sombre nuage orageux. L’eau en vapeur focalise son regard dans les cieux.

Extase devant la toile

De ce stade inquiétant naît une promesse d’un renouveau parce que les rayons du soleil transperceront les cumulus. Dans cette palette de couleurs, il capte une avalanche de blanc des sommets d’une montagne. La collection de Tony Ward est dans un sentiment de clair-obscur.

Tony Ward

Palette du peintre

La chaleur chromatique des nuances terriennes rencontre des tons aquatiques dans un nouveau cercle chromatique composé d’une pointe d’averses et de nuages. Côté matière, la part belle est donnée au cuir, jacquard, satin peint à la main.

Assembler pour ré-inventer

Ce puzzle est alors le prisme mis en abîme d’une peinture à l’huile. La ligne à la taille accompagne les corps pour mettre en avant les formes, les volumes afin de cinématographier les bruissements de tissus et d’étoffes. Les décolletés sont plongeants. La dentelle reste une signature Couture for Ever.

À suivre