#FTWeek [FILM] The Next Black Slow Fashion & Soutenabilité

La Fashion & Tech Week de Numa, en parallèle de la Fashion Week propose des retours d’expérience intéressants d’associations créatives et techniques. Un reportage très intéressant autour de la soutenabilité a été présenté ce mardi, à voir en intégralité sur Le Fashion Post.

Le reportage est produit par AEG (groupe Electrolux), marque allemande d’électroménager grand public, qui a notamment inventé le premier lave-linge automatique, le Lavamat en 1958. En résumé : biotextiles, slow fashion, protection de l’environnement, durabilité des vêtements, nouvelles fibres, Adidas qui rentabilise les joueurs de foot à la journée avec des vêtements connectés. Nous vous conseillons effectivement de le regarder. Merci à #FTWeek de nous l’avoir fait découvrir.

Post reportage, c’est table ronde.

Jeanne Bloch évoque la créativité provoquée par le gap entre les mondes techniques et créatifs, ce même gouffre engendrant étincelles et idées nouvelles… des étincelles notamment sur l’auto illumination de costumes de spectacles, alternative au projecteur, nouvel outil scénographique.

Isabelle de Bussac, R3i Lab, nous présente son réseau d’innovation où créatifs et techs peuvent se rencontrer et s’associer, facilitant échanges, réponse aux interrogations les plus courantes, notamment en régions.

Nicolas Malaquin présente ses matériaux en fibre de lin dont nous avons pu apprécier la texture à la fois chaleureuse et agréable, totalement produit des dernières recherches sur les technologies écologiques.

Enfin, Laurent Vergneau, Directeur de Ligne Produit chez AEG/Electrolux nous explique (et nous montre) en quoi les technologies intégrées aux dernières générations de sèche linge, en accord avec ces nouveaux textiles, peuvent jouer un rôle important dans la préservation voir le renforcement des qualités des textiles. 

Notre analyse

Dont-Buy-This-Jacket-308
Campagne de publicité Patagonia, parue sur le New York Times, Black Friday 2011

Sustainability (soutenabilité, durabilité en français) est un réel enjeu, écologique, industriel mais aussi social. Faire prendre conscience au consommateur que la réparation d'un vêtement est possible, éviter la surconsommation, choisir consciencieusement ses produits est un challenge. Challenge d'autant plus difficile que le marketing des décennies passées a formaté les populations à une surconsommation à outrance. La durabilité est-elle contraire aux modèles Fast Fashion en place ?

Nous sommes tout de même en observation de ruptures profondes dans les modèles économiques actuels. Des modes de consommation alternatifs aidant (prêt et échanges de vêtements, Do-it-Yourself et apprentissages en ligne) , une conscience collective émerge peu à peu, les campagnes de sensibilisations commencent à prendre.

Notamment concernant le luxe et les Generations Y, la durabilité fait partie des codes à adopter : posture du client écologique (j'achète mais je fais du bien à la planète), axé qualité (je sais comment le produit est conçu), et transmission (la pièce de luxe que j'achète aujourd'hui, je veux la transmettre à mes enfants).

Les concepts de durabilité sont bien partis pour durer.