La Femme du Gardien de Zoo, le film à voir et à partager en 2018...

Si nous oublions notre passé ou pire, si nous tentons de le modifier en niant des vérités, les mêmes erreurs seront répétées... Alors que le nationalisme, le populisme et le repli sur soi prennent de l'ampleur aux quatre coins du monde, l'excellent film de la réalisatrice américaine Niki Caro "La Femme du gardien de zoo" est une Ode à la solidarité, à la fraternité et à l'humanité. Basé sur une histoire vraie devenue le best-seller de l'écrivaine Diane Ackerman, ce film relate les actes héroïques de Jan Zabinski, gardien d'un zoo de Varsovie, et de son épouse Antonina, qui sauvèrent 300 juifs(ves) emprisonnés(es) dans le ghetto de Varsovie suite à l'invasion des Nazis.  

Un chapitre sombre de l'histoire mondiale...

Suite à la signature du pacte germano-soviétique entre l'Allemagne nazie d'Adolf Hitler et l'URSS de Joseph Staline, les troupes allemandes et slovaques envahissent le territoire polonais le 1er septembre 1939. Les soviétiques attaqueront la Pologne, par l'est, dès le 17 septembre 1939 sous le regard médusé, silencieux et inactif du reste du monde. 

undefined

Les envahisseurs prennent alors possession d'une nation composée d'une mosaïque d'ethnies linguistiques et religieuses. Au sein même de la population polonaise, on retrouvait la deuxième plus importante communauté juive dans le monde. 20% des Juifs de la planète résidait à l'intérieur des frontières polonaises avant le 1er septembre 1939, soit environ 3 136 000 personnes. Depuis presque 1000 ans, les juifs faisaient partie intégrante de l'histoire de la Pologne et avaient exprimé, à maintes reprises, leur fidélité à la nation polonaise notamment lors des insurrections contre l'occupant russe durant le 19ème siècle. (Ci-dessous, le Château Royal de Varsovie en feu durant les bombardements allemands)

undefined

Le 29 septembre 1939, après des combats sanglants causant de nombreuses victimes ainsi que de multiples destructions, les troupes du 3ème Reich s'installent à Varsovie où ils instaurent une terreur contre la populations locale, notamment à l'encontre de la communauté juive constituant 30 % des habitants(es) de la capitale. En novembre 1940, toutes les personnes de confession juive sont entassées de manière brutale inhumaine dans un quartier délimité par les forces occupantes, plus connu sous le nom de Guetto de Varsovie. (Ci-dessous, vue sur une des rues du Guetto de Varsovie)

undefined

La Pologne occupée par l'Allemagne nazie fût le seul territoire où il fût décrété que toute sorte d'aide aux Juifs (le don de biens alimentaires, cacher des personnes, etc.) était passible de la peine de mort. Cette punition ne concernait pas uniquement le (la) coupable car elle s'élargissait jusqu'à l'ensemble de sa famille. (Ci-dessous Wiktoria et Jozef Ulma ert leurs 6 enfants, exécutés(es) par la police allemande le 24 mars 1944 - les 8 personnes juives qui étaient cachées dans leur demeure, durant cette période, furent également assassinées)

undefined

Jan et Antonina Zabinski, deux Justes parmi les Nations...

Parmi les 6.620 polonais(es) distingués Justes parmi les Nations, on retrouve les fondateurs et gardiens du Zoo de Varsovie, Monsieur Jan Zabinski et Madame Antonina Zabinska. Durant l'occupation nazie, ce couple héroïque sauva 300 juifs(ves) en les extirpant discrètement du ghetto de Varsovie pour les cacher dans les caves du zoo, autrefois réservés aux animaux. L'élevage temporaire de porcs sur une partie du jardin zoologique, comme prétexte de la nourriture destiné aux troupes allemandes, leur servait, entre autres, de couverture. 

undefined

A défaut d'avoir pu sauver leurs animaux de la mort ou de l'exil forcé au zoo de Berlin, Monsieur et Madame Zabinski, aidés par la résistance polonaise (Armia Krajowa), transformèrent leur demeure et leur zoo, surveillé par les troupes allemandes, en un véritable refuge pour toutes les personnes dans le besoin. En dehors des personnes juives, des personnes atteintes d'un handicap mental, des SDF, des opposants politiques de tout bord et la résistance purent y trouver également protection, réconfort et chaleur humaine...

undefined

Membre actif de l'Armia Krajowa, Jan Zabinski participa activement à l'insurrection de Varsovie en août 1944. Son épouse, ses deux enfants et leurs protégés(es) quittèrent la capitale durant les combats. Blessé et capturé par les allemands, il retrouve sa famille dans leur zoo dévasté quelques mois après la capitulation des forces nazies. 

undefined

En 1949, après des années d'effort, ils participent à la réouverture du zoo et seront reconnus Justes Parmi Les Nations le 21 septembre 1965 au Mémorial Yad Vashem d'Israël.    

Le film de Niki Caro "La Femme du Gardien de Zoo", un chef-d'oeuvre éblouissant d'humanité...

Sorti en 2017 sur les écrans de cinéma de nombreux pays, excepté en France où ce film est directement disponible en DVD & BLU RAY depuis le 21 novembre 2017, La Femme du Gardien de Zoo est un long-métrage, adapté du roman de l'écrivaine américaine Diane Ackerman, réalisé par la néo-zélandaise Niki Caro

undefined

Au-delà d'être un film americano-britanno-tchèque, "La Femme du Gardien de Zoo" rassemble un casting très large d'acteurs(trices) internationaux des USA, d'Irlande, de Belgique, d'Allemagne, du Royaume-Uni, d'Israël, de République Tchèque ou de Croatie. 

undefined

Dans le rôle d'Antonia Zabinska, on retrouve une des actrices les plus en vogue à Hollywood, l'excellente Jessica Chastain. Durant tout le film, celle qui cherche l'humanité et la bonté en toute personne, y compris chez l'ennemi, nous emmène dans un univers rempli d'espoir et d'amour. Sa relation aux animaux comme aux êtres humains nous bouleverse. L'actrice s'est pleinement investie dans ce film jusqu'à jouer elle-même quelques notes de piano, tout comme l'héroïne qu'elle incarne, afin de prévenir les protégés(es) de la présence ou non de forces nazies aux abords de la maison du zoo. 

undefined

Jan Zabinski est interprété avec brio par Johan Heldenbergh, un acteur belge et directeur de théâtre. Tout au long du film, il parvient à nous communiquer le courage, la sensibilité et l'empathie du directeur de Zoo de Varsovie. 

undefined

Lutz Heck, directeur du Zoo de Berlin et officier SS allemand, est incarné par l'acteur allemand Daniel Brühl. Tout comme Jessica chastain, notre attention se porte dans son regard et même derrière celui-ci, à la recherche d'une once de compassion, d'humanité dans ce contexte si dramatique. 

undefined

Une des scènes les plus marquantes du film est sans nul doute, la rencontre entre la jeune Urszula (jouée par l'actrice israélienne Shira Haas, elle-même petite-fille d'un rescapé de la Shoa) et Antonina Zabinska dans les caves de la maison du zoo... Le jeu des actrices est d'une intensité tellement forte qu'il nous transporte davantage dans l'histoire et dans nos propres émotions.

undefined

Alors que l'antisémitisme et le racisme grondent un peu partout en Europe et dans le reste du monde, ce bijou cinématographique est un rappel à l'ordre, un appel à la fraternité et à l'humanité présentes en chacun(e) de nous.... La Femme du Gardien de Zoo est un film à voir et à revoir, en famille, avec ses amis(es), dans les écoles ou même seul(e) afin de cultiver notre humanité, notre amour pour les uns(es) et les autres... 

Film © 2016 LA FEMME DU GARDIEN DE ZOO LP. Tous droits réservés.

À suivre

Titre original : The Zookeeper's wife 

Sortie : 2017

D'après l'oeuvre de Diane Ackerman

Réalisation : Niki Caro

Scénario : Angela Workman

Acteurs(trices) principaux : Jessica Chastain, Daniel Brühl, Johan Heldenbergh, Iddo Goldberg, Shira Haas, Michael MCElhatton, Efrat Dor, Anna Rust, Goran Kostic, Brian Caspe, Slavko Sobin, Val Maloku, Martha Issova. 

Musique : Harry Gregson-Williams

Distribution : Universal Pictures International France

Disponible en France en DVD & BLU RAY depuis le 21 novembre 2017.